TempleTranse au tibet

Pour les 3 millions de Tibétains, les conseils des oracles ne sont pas une plaisanterie. Contrairement à la plupart des Occidentaux, qui considèrent la voyance comme un racket, les Tibétains la prennent au sérieux, comme un guide de la vie quotidienne. Du plus humble berger, qui consulte le saint homme local, jusqu'au Dalaï Lama, qui s'en remet à l'Oracle officiel de l'État, les conseils les plus fiables sont ceux donnés par les prêtres en pleine transe.

Oracle au Tibet

Relique de l'époque précédant l'arrivée du bouddhisme au Tibet, les saints hommes oraculaires entrent en transe au moment de la nouvelle lune, lorsque leur esprit et leur corps sont censés être possédés par d'anciennes divinités qui, selon les Tibétains, sont les gardiens des enseignements du Bouddha. Pendant ces crises, les saints hommes perdent conscience, leurs traits deviennent gonflés et déformés, et de leurs lèvres mouchetées s'écoule une série de soupirs, de gémissements et de prophéties qui proviendraient des divinités démoniaques qui sont en eux. Les Tibétains croyant ont trouvé ces prédictions si fiables que le cinquième Dalaï Lama, qui a régné au XVIIe siècle, a nommé le leader du célèbre monastère de Nechung comme oracle officiel du gouvernement. Aujourd'hui encore, lorsque des politiques importantes sont mises en place, l'oracle officiel est consulté au préalable. À un niveau moindre, des groupes sélectionnés d'oracles dans les nombreux monastères du pays sont consulté par le Tibétain moyen.

Il est difficile pour les étrangers en visite de déterminer si les prédictions de ces voyants se sont avérées exactes, car elles sont souvent formulées en termes vagues pouvant être interprétés de plusieurs façons. La seule chose sur laquelle tous les observateurs s'accordent, cependant, est l'extraordinaire force physique dont font preuve les médiums pendant leurs transes. Certains sont connus pour porter des coiffes en or de 60 livres pendant de nombreuses heures au cours d'une longue crise, sans jamais faiblir ou laisser tomber leur tête. D'autres sont capables de plier comme un arc les épées tibétaines typiquement lourdes que même les hommes musclés les plus forts du pays ne parviennent pas à fléchir. Une fois que la prétendue divinité maléfique a quitté leur corps, les prêtres deviennent mous comme des chiffons et ne reprennent pas conscience avant 10 minutes ou plus.

Le gouvernement tibétain de Lhassa a toujours interdit la présence de photographes lors des transes de l'oracle d'État officiel, et les prêtres-oracles de moindre importance ont toujours refusé que des photos soient prises d'eux. Les photographies ci-jointes ont toutefois été obtenues grâce à la bonne volonté des Tibétains envers les membres de la troisième expédition royale danoise en Asie centrale, qui a beaucoup voyagé dans le pays des montagnes enneigées au cours de sa récente tournée.

Evening star. Octobre 04, 1953